20/04/2007

Lunes de miel

Au théâtre des Galeries

aLunesdemiel065_big

 

Le rideau s’ouvre : les balcons de deux chambres d’un hôtel de luxe !

Tiens, j’ai déjà vu çà.

Il y a un ou deux ans « Lunes de Miel » avec Arditi au 44

Aujourd’hui c’est du belge : Alain Leempoel et  Isabelle Defossé. Hé bien, c’est bien meilleur.
Nous avons souri et bien ri, surtout quand durant toute la dernière scène le fou rire s’est propagé de la salle aux acteurs qui n’en pouvaient plus et ont eu du mal à terminer.

Belle soirée au Théâtre des Galeries.

 

Distribution

Eliot

Alain Leempoel

Amanda

Isabelle Defossé

Sibylle

Maria del Rio

Victor

Nicolas Buysse

Louise

Laure Godisiabois

Mise en scène

Adrian Brine

Décors et costumes

Thierry Bosquet

aLunesdemiel132_big

 

Lunes de Miel

Noël Coward offre à ses personnages principaux des époux de substitution afin qu'ils réussissent leur vie affective jusqu'ici trop malmenée, mais le fameux auteur dramatique anglais ne parviendra pas à empêcher le ménage de recommencer son cycle incessant à la "Je t'aime moi non plus...." !

Défi osé de la part de Coward que de démontrer que l'attirance d'un homme et d'une femme relève le plus souvent d'une attraction inexpliquée entre atomes mais que ce mystère irrationnel peut engendrer autant d'amour que de violence.

A moins que pour éviter tout débordement néfaste, les protagonistes soient en mesure de décider et de respecter, en cas de conflit soudain, un talisman contractuel prononcé par l'un des deux, ce qui temporisera, comme par magie, leurs pulsions agressives réciproques !

"Amanite phalloïde" tel est le code secret adapté par Eric-Emmanuel Schmitt ! Séduisant champignon mortel s'il en est, qu'il faut néanmoins avoir la présence d'esprit d'articuler avant que la situation ne dégénère.

Comédie bien entendu, légère de surcroît, particulièrement efficace et drôle, tant le duo de charme se prend les pieds dans le jeu récurrent de l'union et de la rupture, alors que leurs nouveaux conjoints légitimes observent, ébahis, les ravages des illusions perdues, étant toutefois peu à peu contaminés par le processus sentimental ambivalent.

Alors pour le meilleur et pour le pire, Eliot, Amanda, Sibylle et Victor pourront se donner la main, tellement leurs interprétations de personnages à la Sacha Guitry résonnent comme d'éblouissants numéros d'acteurs s'adonnant à des acrobaties de guignol en équilibre sur le fil de la passion amoureuse contrariée !

Lunesdemiel035_big

 

Le site du théâtre: http://www.trg.be/Public/

17:01 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theatre |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.