31/05/2007

 La Part de l'Autre

Adolphe H.?

t-part_de_l_autre

La part de l'autre de Eric-Emmanuel Schmitt m'a laissé quelque peu perplexe.

Cette histoire parallèle de Hitler et de son double qui aurait lui, réussi l'examen d'entrée à l'Académie de Vienne et ne serait donc pas devenu ce dictateur calamiteux pour l'Allemagne et le Monde entier est certe une idée géniale.

Mais le parcours d'A. Hitler decrit par E.E.Schmitt reste historique et assez superficiel.

L'histoire du double: Adolphe H. est lui trop différente de l'original, ce ne sont pas du tout les mêmes hommes et celà manque donc de logique et ne me convainc pas.

Les meilleurs moment du roman sont, à mon avis les descriptions des vies des soldats allemands durant la première guerre, que se soit celle d'Adolphe H. ou celle du caporal Hitler.  

16:50 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres |  Facebook |

28/05/2007

Uccle

Uccle par joli temps avec mon nouveau Canon

Uccle-24-05 031

Pasage sous voies

Uccle-24-05 040

le Kinsendael

Uccle-24-05 080

au Vieux Cornet

Uccle-24-05 087

Avenue Defré, l'église Orthodoxe

Uccle-24-05 109

Avenue Coghen

Uccle-24-05 111

Style transatlantique

Uccle-24-05 113

Chaussée d'Alsemberg

15:04 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photos, ville, uccle |  Facebook |

23/05/2007

Vrasene - Hulst

Voici le topo

1° Dépliez le vélo

Vrasene 006

 

2° dépliez la carte

vrasene02

 

3° partez sur les chemins

La suite du GR 5A; le mois passé j'avais testé la dureté du béton et la longueur des étapes dans ce paysage plat et assez monotone.

En vélo, c'est tout autre chose. Les pistes cyclables et les petites routes de campagnes, sans trafic sont bien agréables, les alignements de peupliers défilent, au tournant du chemin, un étangs, un ancien bras de rivière menant autrefois à l'Escaut se découvrent. On suit une piste aménagée sur une ancienne ligne ferroviaire pour finalement arriver à la petite ville fortifiée de Hulst.

Retour par des chemins semblables.

Pas trop de vent. Bien.

 

Vrasene 009

 

Vrasene 012

 

Vrasene 015

 

Vrasene 013

 

17:07 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gr, topo, photos, velo |  Facebook |

19/05/2007

Candide

Au Théâtre du Parc on donne Candide de Monsieur de Voltaire.

 

La pièces est une lecture mise en scène du texte de Voltaire, un conte philosophique et satirique, mais bien imagée, avec des acteurs en forme.

Jean-Claude Frison joue Voltaire avec excellence, le décor simplissime fonctionne à merveille.

L’humour était dans le texte, dans la mise en scène, dans le décors, dans le jeux, dans la musique.

Très plaisante soirée malgré quelques longueurs.

JP.

vincent_vanderbeeken_et_jean_claude_frison_2

Jean-Claude Frison et "Candide"

1_vincent_vanderbeeken_et_stephanie_blanchoud

 

 

v_groupe

"Pirates" en technicolor et soundsorounding

Candide

Comédie de Voltaire (F) - Version scénique : Jean-Claude Idée

Réservez

Mise en scène: Jean-Claude Idée.

Assistanat: Catherine Couchard.

Décors et costumes: Serge Daems.

Avec:
Vincent Vanderbeeken  (Candide)
Jean-Claude Frison  (Voltaire)
Stéphanie Blanchoud  (Cunégonde, ...)
Alexandre von Sivers  (Le frère Adam, ...)
Frederik Haugness  (Wagnière, ...)
Bruno Georis  (Le Baron, ...)
Laurent d'Elia  (L'esclave noir, ...)
Céline Bonaventure  (Paquette, ...)
Olivier Cuvellier  (Le frère de Cunégonde, ...)
Marie-Hélène Remacle  (Madame Denis, ...)
Benoît Verhaert  (Cacambo, ...)
Marc De Roy  (L'ouvrier chef, ...)
Michel Poncelet  (Pangloss, ...)
Catherine Decrolier  (Melle Corneille, ...)

"Dans le château de Thunder-ten-Thronckh…"
Ainsi commence le roman le plus purement satirique jamais écrit. Ce monument des Lumières est à lui seul un amoncellement d’aventures commentées par un esprit d’une incroyable actualité, d’une acuité qui force l’admiration à tout instant.

 

Candide [Saison 2006-2007]

Commentaire du metteur en scène.

Tous les jours, devant les actualités à la télévision, le spectacle de la violence chaotique du monde nous heurte, nous afflige.
Il y a, bien sûr, le lot des tragédies qui sont la conséquence des conflits humains : guerres politiques, civiles ou religieuses, meurtres, viols, vols, intrigues, injustices, dépravations, pollutions, etc...
Bien que navrantes, toutes ces catastrophes quotidiennes sont explicables puisqu’elles sont le fruit de la bêtise humaine. Nous arrivons donc à les admettre sans trop d’angoisses, et nous cherchons vaguement à y remédier. Mais les tsunamis, la grippe aviaire, le sida, les tremblements de terre, etc., génèrent une angoisse beaucoup plus forte car ils nous font douter que le monde ait un sens, ils nous placent devant l’absurdité, l’irrationalité des choses, ou la méchanceté de Dieu.
Chacun d’entre nous, face à l’univers, est comme le Candide de Voltaire, un enfant naïf qui s’étonne et cherche à donner des raisons d’être à ce “Formidable Bordel” qu’est le réel.
La tentation de tout justifier pour se rassurer nous assaille et bien des fanatismes naissent de la recherche d’un confort mental.
Alors, on proclame avec Pangloss : “Les choses sont ce qu’elles doivent être car c’est leur raison d’être, et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles !”
Dès que l’on a justifié le monde par une doctrine, on est tenté de l’imposer à la terre entière pour supprimer toute lecture alternative du réel, car y a-t-il encore une vérité s’il faut admettre qu’il peut y en avoir plusieurs ?
Candide mettra toute une vie pour comprendre que le bonheur ne réside pas dans le fait d’imposer au monde une philosophie générale, mais de s’imposer à soi-même une éthique personnelle particulière.
“Il faut savoir cultiver son jardin” conclura Candide. Il faut se résigner à la modestie.
Nous ne mourrons pas en ayant compris le Grand Tout. Bien heureux si nous mourons en nous étant compris nous-mêmes !
La leçon du Candide de Voltaire reste d’une totale actualité car la parabole qu’il propose est éternelle. Et l’optimisme, sa profession de foi.

Candide est un texte de la maturité de Voltaire. Il coïncide dans son écriture avec le Dictionnaire Philosophique et l’Affaire Calas.
Voltaire ayant fuit la Prusse et la colère de Frédéric II, est interdit de séjour en France. Il s’est réfugié en Suisse. Nous sommes en ± 1760, peu de temps après l’épouvantable tremblement de terre de Lisbonne (1755), qui a frappé tous les esprits, et particulièrement Voltaire.
Apôtre du libre arbitre, Voltaire s’en prend à la philosophie quiétiste de Leibniz.
“Tout est pour le mieux...”. Il croit qu’il faut agir, et paradoxalement combattre pour la paix, la tolérance et la justice. Il se démène, entretient une correspondance serrée avec l’Europe entière des beaux esprits, il est la lumière des Lumières.
Mais à l’époque, il est surtout célèbre pour son théâtre (aujourd’hui méconnu).
Il est en effet l’auteur de nombreuses pièces en tous genres. C’est un fou de théâtre qui se tient avec ferveur au courant de toutes les actualités théâtreuses de ce Paris dont il est exilé. C’est très frustrant pour lui !
Alors il compense. Puisqu’il ne peut pas aller au théâtre à Paris, le public parisien viendra chez lui : il invente un théâtre à Fernay, équipe une salle chez lui, recrute des acteurs parmi ses amis et son personnel, fait répéter son petit monde. Metteur en scène, auteur, acteur, il écrit, adapte des textes, puis le spectacle à peine prêt, il lance des invitations et ce sont de longues processions de mondains qui serpentent sur les routes du Jura, pour avoir l’honneur d’assister à cet événement : une représentation chez Voltaire. Etre dans les happy few, c’est le must !

C’est ce plaisir rare que les spectateurs du Théâtre Royal du Parc pourront partager, puisqu’ils verront Voltaire distribuer, répéter et représenter Candide dans sa propre adaptation (qui n’a sans doute jamais existé).

Quant à l’intrigue de Candide, chacun la connaît. Il s’agit des aventures picaresques et calamiteuses d’un philosophe naïf à l’optimisme insubmersible.
Il parcourt la folie du monde, d’Europe jusqu’en Amérique, pour venir s’échouer enfin en Turquie. Au fil des ans, il sera en but à tous les dangers, subira tous les châtiments corporels possibles, assistera à toutes les injustices, tous les massacres, toutes les catastrophes. De l’esclavage aux guerres de religions, en passant par les plus tristes excès des perversions humaines et le déchaînement des pires calamités, le spectacle pantelant du monde lui sera offert. Mais Candide gardera à travers tout cet irrémédiable optimisme qui, tare ou vertu, est la force qui nous soulève chaque matin et pousse toujours plus loin l’humanité sous prétexte que “ça ira mieux demain” !

- Jean-Claude Idée -

 

Ici le texte de Candide

http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?candide3

 

 

16:54 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theatre |  Facebook |

17/05/2007

Beaux seins

Mo Yan

2020385848
 

Beaux seins, belles fesses

 

Voilà un grand roman chinois. L’histoire de la Chine, depuis l’invasion japonaises jusqu’à nos jours de capitalisme débridé, vécue par un famille chinoise atypique, les Shangguan, une mère, ses sept filles et son fils attendu si longtemps, Jitong, l’enfant d’or.

Plus de 890 pages passionnantes ; une fresque historique, et la description journalière de la vie très dure des villageois de ce pays, qui font face avec philosophie aux pires difficultés.

Une grande leçon d’histoire et d’humanité

JP

images mo yan

critique par Sibylline

Un conseil: cliquez sur Sibylline! et vous découvrirez une facette du monde merveilleux de la littérature.

13:09 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres |  Facebook |

10/05/2007

La Maison Tellier

Une soirée au Galeries pour voir l'adaptation au théâtre d'un conte de Maupasant, La Maison Tellier.

Cette adaptation ne nous a pas convaincus.Les acteurs n'avaient rien a se reprocher, les décors étaient bons, mais un conte n'est pas une pièce de théâtre et il manquait un peu structure pour en faire une bonne pièce.

Allez, on était bien placé et on ne boude pas son plaisir.

 

La-Maison-Tellier-001_533

 

« Fermé pour cause de première communion » : un tel avis, sur la porte d'une maison close, n'est pas chose courante, et les habitués de ‘La Maison Tellier’ n'en reviennent pas. Pendant ce temps, Madame et ses cinq pensionnaires vont retrouver à la campagne, le temps d'une fête, leurs émois et leur innocence de petites filles...

La-Maison-Tellier-032_533

 

et la compagnie part à la campagne

La-Maison-Tellier-058_533

 

Voilà, on est à la campagne

La-Maison-Tellier-214_533

 

La distribution:

 

Madame (Gabrielle Tellier)

 

 

Louise Rocco

Flora

Cécile Florin

Fernande

Carine Seront

Raphaëlle

Jasmine Douieb

Louise

France Bastoen

Rosa

Caroline Lambert

Joseph Rivet

Bernard Lefrancq

Angèle, sa femme

Angélique Leleux

Constance, sa fille

Katia Mahieu

Le commis

Tristan Moreau

 

 

Mise en scène

Gérald Marti

Décors

James Block

 

1.       De Maupassant Mise en scène de Gérald Marti Avec Louise Rocco, France Bastoen, Jasmine Douieb,… « Fermé pour cause de première communion » : un tel avis, sur la porte d'une maison close, n'est pas chose courante, et les habitués de la maison Tellier, de Fécamp, n'en reviennent pas. Pendant ce temps, Madame et ses cinq pensionnaires vont retrouver à la campagne, le temps d'une fête, leurs émois et leur innocence de petites filles...

 

 

Le texte original de Maupassant est sur le net:

http://www.gutenberg.org/files/11596/11596-8.txt

http://www.gutenberg.org/files/11596/11596-8.txt

20:35 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theatre |  Facebook |

09/05/2007

A la cathédrale

Ce dimanche soir un concert d'orgue à la cathédrale Saints Michel et Gudule

 

 

 

Bernard Foccroulle orgue

foccroul

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dietrich Buxtehude intégrale de l'oeuvre pour orgue IV

Au programme de notre cycle d'orgue, un seul compositeur interprété par un unique organiste. C'est précisément pour cela que cette intégrale vaut le détour ! Bernard Foccroulle nous mène lors de quatre concerts à travers l'œuvre complète pour orgue de Dietrich Buxtehude dont on fête en 2007 les 300 ans de son décès. Un événement extraordinaire de musique très surprenante.

 

 Et voici l'instrument: le nouvel orgue de la cathédrale

Bruxelles - 20

 

pour en savoir plus sur le composituer Dietrich Buxtehude:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dietrich_Buxtehude

18:17 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, concert |  Facebook |

07/05/2007

Les Collons

Une petite semaine en Suisse, dans le pays d'Eliane.

Les Collons 28

La vue depuis le studio,

 

Les Collons 32

En mai, le printemps en montagne est un enchantement.

Les crocus sortent par milliers, dès la neige fondue

Les Collons 110

la  gentiane des montagnes

 

Les Collons 242

la soldanelle

 

Les Collons 96

 

 

Les Collons 62

La balade au Mayen de l'Ours, entre les Collons et Veysonnaz

 

Les Collons 92

Grimpée vers la cabane d'Essertse

Les Collons 100

 

Les Collons 126

Dans l'église futuriste d'Hérémence. (qui a dessiné les plans de coffrage?)

Les Collons 152

plus modeste, la chapelle Saint Sylve de Vex

 

Les Collons 184

Classique, la tour lombarde d'Evolène

 

Les Collons 162

Une porte baroque de la Bourgeoisie de Sion

 

Les Collons 194

et la patine du temps sur le bois brut d'un châlet de montagne.

 

Les Collons 256

 En famille

 

valérie

Bonjour Valérie.

21:06 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyages, suisse |  Facebook |