30/12/2008

Un beau dimanche

Quel beau dimanche pour la saison...

Il nous a mené, avec les amis d'Uccle de Forest et d'ailleurs, dans le Payottenland froid et ensoleillé, entre Vlezenbeek, Sint-Pieters-Leeuw et Gaasbeek

Vlezembeek 12-28 7

un bon petit groupe pas encore pris par le froid

Vlezembeek 12-28 11

entre 0 et -5°C

Vlezembeek 12-28 25

..

Vlezembeek 12-28 29

chemin de Gaasbeek

Vlezembeek 12-28 33

Etang et château

Vlezembeek 12-28 37

Signalétique équestre et quadrilingue

Vlezembeek 12-28 41

 En route jusqu'à la tombée du jour

topo 12-28

Le parcours de 18,5 Km

09:33 Écrit par Jean-Pierre dans Randonnées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : balades, hivers, vlaams brabant |  Facebook |

27/12/2008

Hors des sentiers...

Hors des sentiers battus, en décembre nous sommes allés au cinéma, au théatre, au concert, à l'opéra

18893375_w434_h_q80

Christina

18893376_w434_h_q80

Victoria

18893377_w434_h_q80

Dans un film de Woody Allen tourné en Espagne: Barcelona et Oviedo

Vicky, Christina, Barcelona

Un grand jeu de séductions. Pas mal!


Aux Beaux Arts -  "Bozar"

Scholl

Un beau concert avec Andréas Scholl, contretenor et Hélène Guilmette, soprano, l'orchestre "Akademie für alte Musik Berlin et le Vocalconsort Berlin conduits par Marcus Creed.

Au programme Händel:

L'Ode for the birthday of Queen Anne (pas particulièrement interpellant)

et le Dixit Dominus HWV 232 - bien plus intéressant.


A la Monnaie

Rusalka de Dvorak

Musique magnifique, mise en scène contemporaine et inventive qui sort l'oeuvre des clichés et d'une lecture au premier degré.

2-65-233x350

arton1734-350x233

3-42-350x233

Rusalka

direction musicale: Adam Fischer
mise en scène : Stefan Herheim
décors: Heike Scheele
éclairages : Wolfgang Göbbel
dramaturgie: Wolfgang Willaschek
chef des chœurs : Piers Maxim 

Rusalka (Naïade) :Olga Guryakova
Prince : Burkhard Fritz
Princesse étrangère : Stephanie Friede
Vodník (Génie des eaux) : Frode Olsen
Ježibaba (Sorcière) :Doris Soffel
Chasseur : Julian Hubbard
Première dryade :Olesya Golovneva
Seconde dryade : YoungHee Kim
Troisième dryade :Nona Javakhidze
Boucher :André Grégoire
Police : Marc Coulon

Orchestre symphonique et choeurs de la Monnaie

 

Rusalka, une créature des eaux, veut devenir humaine pour être aimée du jeune prince dont elle est amoureuse. Ignorant les mises en garde, elle demande de l’aide à la sorcière Ježibaba. Pour que son voeu soit exaucé, Rusalka devra renoncer à sa voix ; elle sera en outre à tout jamais maudite si son amour échoue. Le prince, lui aussi, néglige l’avis de ses proches et noue une relation avec Rusalka. Très vite, cependant, il lui sera infidèle. Rusalka, le coeur brisé, retourne se réfugier auprès des siens. Le prince revient, le temps d’un dernier baiser, et meurt.

Premier acte

Une nuit au clair de lune. Trois nymphes excitent l’esprit du lac par leurs taquineries puis l’abandonnent, humilié. Alors qu’il déplore la perte de sa jeunesse, Rusalka apparaît devant lui et le supplie de l’autoriser à quitter son royaume des eaux : tant qu’elle sera nymphe, l’homme qu’elle aime en secret ne pourra pas la voir. C’est pourquoi elle aspire à la condition humaine en étant prête, pour connaître le bonheur de l’amour, à devenir mortelle. En vain l’esprit du lac cherche à la dissuader de rejoindre le monde des humains, inconstants par nature. En désespoir de cause, il lui recommande de s’adresser à la sorcière Ježibaba.

Restée seule, Rusalka supplie la lune de lui venir en aide. Elle court ensuite chez Ježibaba, et lui demande de la métamorphoser en femme coûte que coûte. La sorcière critique violemment le vœu de Rusalka et pose de cruelles conditions : si son amour humain est déçu, son amant mourra et elle sera maudite à jamais. De plus, en tant que femme, Rusalka sera muette. Persuadée que son amour l’emportera sur toutes les malédictions, Rusalka accepte ces termes. Ježibaba prépare la potion magique et la verse à Rusalka tandis que retentit au loin la plainte de l’esprit du lac.

À la pointe du jour, le prince approche avec ses chasseurs. Sous l’emprise d’un charme étrange, il éloigne de lui ses compagnons de chasse. Rusalka lui apparaît comme en un rêve. À sa vue, le prince est plongé dans un ravissement profond et lui avoue sa flamme. Incapable de prononcer le moindre mot, Rusalka tombe dans ses bras. Des gémissements s’élèvent des eaux.
Deuxième acte

À la cour, on prépare les fiançailles du prince. Les cancans vont bon train et le mystérieux objet de son amour est dénigré. Sa fiancée est vue comme une créature étrange et l’on croit sa passion inspirée par des puissances maléfiques. Quand le prince apparaît avec Rusalka, tous prennent la poudre d’escampette.

Le prince est amoureux fou, mais la froideur apparente et le mutisme de Rusalka mettent ses sentiments à rude épreuve. Une princesse étrangère, qui fait son apparition à la fête, observe le couple et s’interpose. Elle tente de séduire le prince et insinue que sa fiancée muette exerce sur lui une influence néfaste. Ébranlé, le prince offre son bras à la princesse étrangère et abandonne Rusalka à son désespoir.

Pendant la fête, le prince tombe sous le charme de la princesse, négligeant tout à fait Rusalka. Celle-ci regrette amèrement d’avoir quitté le monde de l’esprit du lac et l’appelle au secours. L’esprit du lac ne peut que déplorer le sort tragique de Rusalka : elle ne peut être ni femme ni nymphe et n’appartient plus à aucun monde. Entre-temps, le prince et la princesse étrangère échangent des mots doux. Lorsqu’il l’étreint, Rusalka se précipite vers lui et se jette à ses pieds. Le prince prend peur et la repousse, éveillant ainsi le courroux redoutable de l’esprit du lac. Celui-ci annonce au traître une mort précoce et entraîne Rusalka au fond de l’eau. Pétrifié de peur, le prince implore l’aide de la princesse étrangère. Mais celle-ci est arrivée à ses fins ; avec morgue, elle se rit de l’inconstant et le laisse seul.

Troisième acte

Une nuit au clair de lune. Rusalka erre sous l’aspect d’un feu follet dans un monde intermédiaire entre l’être et le néant. Brisée par la perte de sa jeunesse et de son amour, elle aspire en vain à la mort. Ježibaba entend sa plainte et lui fait comprendre, non sans ironie, qu’elle ne pourra se libérer de la malédiction qu’en versant le sang du prince de ses propres mains. Ježibaba lui tend une arme mais Rusalka la rejette, horrifiée : plutôt souffrir à jamais que tuer son amant. Raillant sa faiblesse, la sorcière s’en va. Désespérée, Rusalka cherche ses soeurs, mais celles-ci la repoussent.

Les nymphes chantent et dansent une joyeuse ronde, cherchant comme de coutume à taquiner l’esprit du lac. Tourmenté par le sort de Rusalka, celui-ci n’a plus le coeur au batifolage et les rabroue. Autour de lui, tout devient triste et sombre. Les nymphes fuient l’obscurité.

Désespéré, le prince cherche Rusalka. Elle lui apparaît sous l’aspect d’un feu follet et le prince implore son pardon. Elle le prévient qu’il mourra s’ils s’embrassent, mais le prince continue de la supplier. Finalement, un baiser passionné les unit et le prince expire dans ses bras. L’esprit du lac déplore ce sacrifice inutile, Rusalka embrasse le prince une dernière fois et disparaît.

Mais ce qu'on a vu sur scène se passe dans un "Paris interlope" avec souteneurs, prostituées, marchandes de fleurs, sdf, promeneurs distraits, marins en goguettes, bonnes soeurs dévoyées ...


 

 

 

 

21:22 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema, bozar, woody allen, la monnaie |  Facebook |

20/12/2008

En Hesbaye

Vendredi, un petit coin de ciel bleu s'est déplacé d'ouest en est au dessus de la Belgique.

Il n'en fallait pas plus pour me décider à randonner en Brabant Wallon.

J'ai suivi les traces du "Tour du Brabant Wallon" à partir d'Orp-le-Grand.

Helecine - 12-19 006 Copie

et de sa belle église romane

Helecine - 12-19 004 Copie

aux solides arcatures.

Helecine - 12-19 007 Copie

Le sentier parcourt ensuite la vallée de la Petite Gette,

Helecine - 12-19 008 Copie

le plateau limoneux,

Helecine - 12-19 009

il longe une ferme bâtie en tuffeau

Helecine - 12-19 020 Copie

 

et côtoie l'ancienne abbaye d'Hélécine, aujourd'hui centre culturel provincial,

Helecine - 12-19 015 Copie

et nous montre que les moines de l'époque avaient des goûts assez fastueux

Helecine - 12-19 017 Copie

pour décorer leur chapelle

Helecine - 12-19 021 Copie

 Mais la randonnée se poursuit par les vastes horizons des campagnes hesbignonnes

Helecine - 12-19 022 Copie 

ou par des chemins creux, jusqu'à Jodoigne.

topo

14:49 Écrit par Jean-Pierre dans Randonnées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gr, brabant wallon, hivers |  Facebook |

18/12/2008

Payottenland

Une balade avec les Amis d'Uccle, de Forest et d'ailleurs par un dimanche frais, mais assez ensoleillé. A ne pas manquer, donc.

- Leerbeek 14-12 003

Au départ de Leerbeek

- Leerbeek 14-12 011

.

- Leerbeek 14-12 019

.

- Leerbeek 14-12 015

Ecosse

- Leerbeek 14-12 023

Canada

- Leerbeek 14-12 026

Brabant

et le topo de la balade  avec Google Earth

- topo

16:04 Écrit par Jean-Pierre dans Randonnées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : balades, randonneurs, vlaams brabant |  Facebook |

15/12/2008

Plaisirs d'Hiver

Comme chaque année, l'hiver nous apporte ses plaisirs à Bruxelles.

Grand'Place 12-13 005

.

Grand'Place 12-13 016

On y fait un petit tour curieux

Grand'Place 12-13 014

et gourmand

Grand'Place 12-13 026

.

Grand'Place 12-13 040

.

Grand'Place 12-13 050

Au Marché aux Poissons la traditionnelle patinoire

Grand'Place 12-13 044

 .

Grand'Place 12-13 053

.

Grand'Place 12-13 052

et ses sympathiques échoppes

Grand'Place 12-13 054

.

Grand'Place 12-13 056

ChinaTown?

Grand'Place 12-13 061

Féerie lumineuse à la Grand'PlaceGrand'Place 12-13 062

.

Grand'Place 12-13 070

 .

Grand'Place 12-13 074

.

Grand'Place 12-13 076

 

09:47 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bruxelles, plaisirs d hiver |  Facebook |

08/12/2008

Balade à Kalmthout

Enfin, une journée lumineuse dans cet automne glacé, c'est l'occasion d'une balade dans la lande de Kalmthout, au nord d'Anvers.

Kalmthout 12-07 004

Au petit matin,

Kalmthout 12-07 006

Gel sur les plans d'eau

Kalmthout 12-07 010

.

 

Kalmthout 12-07 012

Comme en Russie, les bouleaux.

Kalmthout 12-07 021

A lonely cow girl

Kalmthout 12-07 025

 .

Kalmthout 12-07 029

.

Kalmthout 12-07 031

.

Et voici le topo de cette balade de +/20 Km

kalmtout

 

 

16:36 Écrit par Jean-Pierre dans Randonnées | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/12/2008

Au Théâtre

Un Labiche au Parc.

5_j_d_nicodeme_m_poncelet__b_marbaix_ph__s_daems

1_sandrine_quynh_et_michel_poncelet_ph__serge_daems

2_m_poncelet_n_palumbo_c_claeys_fr_clou_br_georis__s_quynh_ph__s_daems

Célimare le bien-aimé

Comédie-vaudeville de Eugène Labiche (Fr.)


Mise en scène: Pierre Fox.

Assistanat: Delphine Chauvier.

Décors et costumes: Serge Daems.

Avec:
Michel Poncelet  (Paul Célimare)
Bernard Marbaix  (Vernouillet)
Jean-Daniel Nicodème  (Bocardon)
Bruno Georis  (Colombot)
Frédéric Clou  (Pitois, domestique)
Catherine Claeys  (Madame Colombot)
Sandrine Quynh  (Emma, sa fille)
Nicole Palumbo  (Adeline, femme de chambre)
Michaël Manconi  (Un tapissier)
Gauthier de Fauconval  (Un tapissier)
Jean Jadin  (Au piano)

C'est très Second Empire, genre Offenbach. C'est bon quand c'est bien fait.

 

13:06 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : theatre, parc |  Facebook |

03/12/2008

Au cinéma

Le Ciné Vendôme propose souvent une intéressante programmation:

b10034662

"Séraphine", un film de Martin Provost, avec Yolande Moreau que l'on ne peut oublier dans son rôle de bonne soumise et de peintre obsédé.

"En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, premier acheteur de Picasso et découvreur du douanier Rousseau, loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer de sa vie parisienne. Il prend à son service une femme de ménage, Séraphine, 48 ans. Quelque temps plus tard, il remarque chez des notables locaux une petite toile peinte sur bois. Sa stupéfaction est grande d’apprendre que l'auteur n'est autre que Séraphine. S'instaure alors une relation improbable entre le marchand d'art visionnaire et l'humble femme de ménage dont tout le monde se moque..."

b10034665

seraphine5

Il évoque l'existence de Séraphine Louys, ?attardée mentale? extraordinairement douée et même obnubilée par et pour la peinture.

seraphine_marguerites

Au musée de Senlis.

21:41 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, cinema |  Facebook |