15/11/2008

Le Sourire du Bouddha

Une belle exposition se tient pour le moment au Palais des Beaux-Arts "BOZAR":

Le Sourire du Bouddha présente des pièces Coréennes.

Nous l'avons visité par une après-midi pluvieuse.

450px-BuddhistStatueNationalMuseumofKorea

Bouddha de fer

450px-Korea-Seoul_National_Museum-Silla-Crown-01

Couronne en or d'inspiration sibérienne

hig100_019_1

Urne funéraire

Koguryo_roof_tile

Eléments d'architecture

hig100_037_1

 Disciple en méditation

 

hig100_035_1

11:13 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bruxelles, coree, expo |  Facebook |

28/01/2008

Bijoux

Encore une belle expo dans le cadre de Europalia: Europe Brillante, une collection de bijoux historiques.

Place Royale à la banque ING

g_1_45928

..

g_3_63755

 

..

g_4_29611

..

g_28_29004

 

..

g_60_09449

08:39 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, bruxelles |  Facebook |

15/01/2008

Autour du Monde

Une autre expo intéressante dans le cadre de Europalia se tient au bozar et a pour thême la découverte du monde extra européen par les portugais.

world_map

 

Un véritable tour du monde

L’exposition « Autour du Globe » propose ainsi un tour du monde en 180 trésors illustrant la diversité des cultures ayant contribué à l’empire commercial portugais. Le parcours est structurée en six sections. L’Age de la Découverte traite du contexte des expéditions et de leur impact considérable sur la vision européenne du monde. La section Afrique occidentale présente ensuite des pièces provenant notamment du Royaume du Bénin, du Congo et de l’Angola, avant que le visiteur ne soit transporté dans un Brésil luxuriant, unique colonie territoriale de l’empire portugais. Puis viennent les sections consacrées à l’Océan indien, aux comptoirs de Goa et de Macao, à la Chine et au Japon. Parmi les pièces les plus admirables de « Autour du Globe », citons pêle-mêle cartes et mappemondes somptueuses de cartographes portugais et florentins du XVIème siècle, cornes de chasse décorées, salières africaines en ivoire délicatement sculpté, surprenants encensoirs à épices, calices et coffrets de nacre, peintures luxuriantes d’artistes Moghols, paravents japonais de style namban, curiosités exotiques rassemblées par les Habsbourg, les Médicis et autres familles aristocrates…

20:57 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, bruxelles |  Facebook |

11/01/2008

Europalia

 

Au Palais des Beaux-Arts (maintenant Bozar tout simplement !) il faut visiter l’expo :  Le Grand Atelier Chemins de l'Art en Europe (Ve-XVIIIe siècle)

 

www.europalia.eu 3 octobre 2007 > 3 février 2008

www.europalia.eu


mfile0732

 

.mfile0734

 

mfile0733

   

Les salles:

Le grand atelier chemins de l’art en Europe (Ve-XVIIIe siècle)

 I. Europe en mouvement

 II. L’empire carolingien et son héritage

III. L’Europe et la méditerranée

IV. Les ateliers d’orfèvres

V. Un art pour l’exportation : les émaux, les albâtres et les retables

VI. L’image de la Vierge et l’idéal courtois

VII. Circulation du dessin dans l’espace 

VIII. La carrière européenne des sculpteurs de la fin du Moyen Âge

IX. La conquête d’un nouvel espace pictural

X. L’Europe du livre imprimé

XI. L’estampe au service des métiers

XII. Le regard sur l’autre 

XIII. L’Europe des maîtres et l’Europe des collectionneurs

XIV. Le monde dans une chambre. Collectionneurs et marchands 

 www.europalia.eu 3 octobre 2007 > 3 février 2008

 

08:44 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, bruxelles |  Facebook |

07/01/2008

Expo Jean Del Cour

Jean Del Cour  

Nous avons visité cette belle exposition de sculptures baroques à l'église Saint Barthélémy à Liège qui vient d'être magifiquement restaurée , et qui renferme les fameux fonts baptismaux.

 

 st_barthelemy_01

L'année 2007 consacre le tricentenaire de la mort d'un des plus grands représentants de la sculpture baroque : Jean Del Cour (1631-1707). Du 19 octobre 2007 au 3 février 2008, près de 150 oeuvres seront exposées à l'église Saint-Barthélemy. Des bois sculptés, des marbres et des terres cuites raviront, d'une part, les amateurs d'art en trois dimensions et d'autre part, les passionnés d'art baroque.

Tous les Liégeois connaissent le nom de Del Cour et l'associent à l'une ou l'autre de ses oeuvres les plus célèbres, telles la Vierge en bronze de Vinâve d'Île, le Christ mort en marbre, actuellement à la cathédrale Saint-Paul ou encore le groupe des Trois Grâces surmontant le Perron sur la place du Marché.


photoangepalais 

..

photoangestpaul154

...

photoviergedelcour
 

...

DSC_3659

Compris dans la visite, les beaux fonts de  Hugo d'Oignies

* Photos pêchées sur le net

17:35 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo, liege, ville |  Facebook |

03/07/2007

Mariemont

banniere-musee

Au Musée Royal de Mariemont

Visite de l'expo Les Pharaons noirs

Belle petite expo dans le magnifique cadre de Domaine de Mariemont et dans son beau musée aux lignes épurées.

 

Le Musée royal de Mariemont consacre une exposition inédite à l’autre royaume des pyramides, celui de la Nubie soudanaise et du désert occidental de la haute Vallée du Nil. En suivant l’une des pistes caravanières les plus mythiques de l’histoire, le Darb al Arba’ïn, ou «La Piste des Quarante Jours», la lumière se lève sur de prestigieuses découvertes archéologiques retraçant cinq millénaires d’histoire, depuis l’âge de la pierre jusqu’à l’époque contemporaine. Présentée comme un voyage à la fois archéologique et photographique, cette manifestation traite aussi des caravanes d’antan et des nomades contemporains.

La république du Soudan est aujourd’hui le plus vaste État du continent africain. Lié géographiquement et historiquement à l’Égypte depuis l’époque pharaonique, le territoire soudanais, qui commence aujourd’hui au niveau de la 2e cataracte du Nil, a été le foyer de cultures majeures dans l’histoire de l’humanité. Le pays de Koush des textes pharaoniques, développe, entre les Ire et IVe cataractes, une civilisation nubienne originale. À la culture de Kerma commençant au IIe millénaire avant J.-C., succèdent au VIIIe siècle avant J.-C. le royaume de Napata dont plusieurs pharaons d’Égypte sont issus, tel le célèbre Taharqa, puis celui de Méroé, connu pour ses pyramides, qui se termine au IVe siècle. Évangélisés à partir d’Alexandrie et de Constantinople, les Nubiens christianisés, bâtissent, du VIIIe siècle au début du XVIe siècle de notre ère, de nombreuses églises dont la fameuse cathédrale de Faras. Plus tard, le pays islamisé au contact de marchands arabes s’organise autour de royaumes.

Le pays de Koush des Égyptiens anciens, l’Éthiopie des Grecs et des Romains, représente, par excellence, la région d’où proviennent les produits africains, mais aussi où convergent les pistes de la mer Rouge et des régions de l’Est, comme celles du Darfour ou du Kordofan. La Nubie soudanaise n’est-elle pas le «corridor africain» par excellence ? C’est ainsi que, très tôt, les Koushites sont les interlocuteurs priviligiés des Égyptiens de l’époque pharaonique, lorsque ceux-ci veulent obtenir les produits provenant du sud, tels l’ébène, l’ivoire, l’encens et les peaux de félins indispensables à l’exercice de leur culte.

Certes, la voie fluviale s’avère la route la plus directe entre l’Égypte et la Nubie soudanaise. Toutefois, les cataractes – il y en a six jusqu’à l’actuelle capitale: Khartoum – ne permettent pas le passage de bateaux, notamment à l’étiage. Par conséquent, les marchandises doivent être portées au moment de franchir chacun de ces rapides. Ce qui explique que la voie géographiquement la plus «directe» se révèle donc plus longue. Puisqu’à l’époque pharaonique, le coût des expéditions commerciales compte moins que le gain de temps, cela explique que la piste désertique, plus longue mais praticable va être privilégiée, dès l’Ancien Empire. Cette route, précurseur de la «Piste des Quarante Jours», de l’ère moderne est encore actuellement empruntée pour amener du Soudan les troupeaux de dromadaires destinés aux marchés égyptiens.

 

pharaon2

Le Site de Koush

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

soudan02

 

14:14 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : expo |  Facebook |

25/04/2007

Berlin

Ce mercredi midi petite visite à l’Hôtel de Ville de l’expo :

 

Das Neue Berlin

L'Architecture contemporaine berlinoise

 

Beaucoup d’images et de grandes photos de quelques bâtiments rénovés ou reconstruits dans l’ancienne capitale du Reich et nouvelle capitale de la République Fédérale. A retenir, le Bundestag (l’ancien Reichstag aéré et éclairé par sa grande coupole),  le Sony Center, l’Olympiastadion, les gares, aéroports et ponts sur la Spree…

Invitation à un prochain voyage ?

Visite et compagnie bien agréables.

 

395px-SonyCenterAtNight

 

 

 

bundestag

Bundestag

 

Allemagne-Berlin-Bundestag-1-2
Reichstagnight

berlin_brandenburg_gate_hor

 

olympiastadion-berlin-01

Exposition
01.02.2007 - 29.04.2007, Heures d'ouverture: 10h00 - 17h00 (Fermé le lundi)
Hôtel de Ville, Grand-Place

 

Après la chute du Mur, Berlin a connu en très peu de temps un changement de son paysage urbain. Grâce à des architectes de renom tels Foster, Johnson, Rossi, Kollhoff, Kleihues, Renzo Piano et bien d'autres, une grande diversité architectonique s'est imposée dans la ville. Le nombre considérable de ces nouvelles constructions aux formes très variées a fait de Berlin une vitrine de l'architecture internationale.

L'exposition à l'Hôtel de Ville de Bruxelles retrace l'évolution des aménagements urbanistiques et architecturaux de ces quinze dernières années à Berlin au moyen de photos, plans, panneaux explicatifs et maquettes de bâtiments et du centre-ville. Ce panorama, animé d'installations sonores et de projections interactives, nous plonge virtuellement au cœur de la capitale allemande d'aujourd'hui.

L'installation sonore, intitulée "Berliner Klanglandschaften" (paysages sonores berlinois), a été enregistrée et compilée par des étudiants de la classe "Formation sonore expérimentale" sous la direction du professeur Sabine Breitsameter et de Thomas Schumacher, section Sound Studies, Universität der Künste Berlin.

Pour plus d'informations: Universität der Künste Berlin

 

 

Une exposition organisée par la Ville de Bruxelles, en partenariat avec le Sénat de Berlin et le Goethe-Institut Brüssel, avec le soutien du Commissariat général aux Relations Internationales de la Communauté Française de Belgique dans le cadre de l'accord qui lie la Communauté française Wallonie-Bruxelles et la République fédérale d'Allemagne.


Das Neue Berlin   L'Architecture contemporaine berlinoise

 

20:40 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ville, expo |  Facebook |

25/02/2007

Trio Amérique

 
top
 


coiffeBl
 
les indiens à bruxelles
top
L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1935
top
 

En 1935, le roi Léopold III inaugure l'Exposition universelle de Bruxelles sur le plateau du Heysel. Respectant une tradition en vigueur depuis la création de ce type d'événement, les organisateurs invitent un groupe d'Indiens Sioux, de la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), à s'installer dans un village de tipis.

Pendant leur séjour, ils reproduisent leurs coutumes en portant les traditionnels vêtements aux broderies perlées et les coiffes de plumes (bonnets de guerre et coiffes de cérémonie). Cette image, déjà largement diffusée à l'époque par le biais du cinéma western, ne faisait alors que reproduire un stéréotype limitant la diversité des populations amérindiennes. De plus, pour améliorer leur situation matérielle, ils réalisent des objets (ceintures, gaines de couteaux, mocassins) vendus aux visiteurs de l'Exposition.

En 2004, François Chladiuk, un passionné des Indiens d'Amérique du Nord, acquiert un ensemble d'objets des Indiens des Plaines ayant appartenu à un peintre belge. Quelle n'est pas sa surprise de constater que ce sont les parures portées par ces Indiens venus à Bruxelles en 1935, attribution que viennent corroborer des photos de l'époque sur lesquelles ils figurent.

Cette découverte ne pouvait que susciter l'intérêt des Musées royaux d'Art et d'Histoire, intérêt accru par le fait que le précédent conservateur des collections Amérique, Mademoiselle Georgette Van Swieten, avait photographié ces Indiens au moment de l'exposition. De plus, des artistes belges ont profité de la présence de ces Sioux pour croquer des scènes de genre et des portraits. Parmi eux, le plus prolifique fut indubitablement Éric Wansart, qui laissa une abondance de croquis qui seront également montrés aux visiteurs.

Grâce à ce matériel, réunissant objets, photographies et films, la naissance d'un projet d'exposition devint inévitable. Ce sera chose faite en septembre 2006. Cet événement exposera non seulement les quelque 130 objets retrouvés par François Chladiuk mais retracera également l'historique des manifestations qui ont accueilli des Indiens avant 1935.

L'exposition sera accompagnée d'un catalogue réunissant l'ensemble des objets et parcourant l'histoire de la présence indienne en Europe depuis la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb en 1492.
 
.
 
vannerie du nouveau monde
top
 
masqueBLDates:  15/09/06 - 29/04/07
Lieu:  Musée du Cinquantenaire

Parmi toutes les techniques développées dans le Nouveau Monde, la vannerie est probablement l'une des plus anciennes. Pratiquée à l'origine pour la confection d'objets utilitaires, elle devait acquérir au cours des siècles un statut différent pour devenir parfois un instrument d'apparat, de prestige. Cette dernière fonction se manifestera notamment chez les Mayas dont la tenue vestimentaire de l'élite comportait des jupes et des sandales réalisées suivant cette technique. Malheureusement, le matériau végétal utilisé n'a pas permis de garder d'objets, si ce n'est dans quelques contrées où un climat sec a favorisé leur conservation jusqu'à nos jours. Toutefois, la tradition née à l'époque précolombienne s'est poursuivie après l'arrivée des Européens et perdure encore aujourd'hui.

Dans le cadre de l'exposition, le but poursuivi a été de rassembler les objets les plus prestigieux conservés dans certains musées (Musée du Cinquantenaire, Musée royal de l'Afrique centrale) ou en possession de collectionneurs privés. Grâce à l'ensemble réuni, la manifestation présentera la diversité de production et la richesse des décors qui caractérisent le continent américain.

Toutefois, cette présentation aurait été incomplète si elle n'abordait pas deux aspects essentiels de la vannerie. D'une part, la variété des techniques mises en oeuvre pour la confection d'objets montre l'ingéniosité et le savoir-faire des Amérindiens ; ces qualités permettront ainsi aux Apaches et aux Navajos, n'utilisant pas les récipients en terre cuite, d'en fabriquer en vannerie pour le transport des liquides.

D'autre part, le matériau utilisé dépendait naturellement du milieu. Herbes, écorce, aiguilles de pin, crins de chevaux et même le métal, à une époque récente, sont ainsi tressés pour obtenir les objets désirés.
 
Vêtements traditionnels du mexique
Depuis le début du XXe siècle, les Musées royaux d'Art et d'Histoire possèdent une collection de vêtements traditionnels mexicains, collection qui sera complétée en 1935 par Stadler-Errera, Ambassadeur de Belgique au Mexique à cette époque. En 2004, Madame Glorie-Stadler, fille du précédent, offre le reste de la collection qu'elle possédait encore, faisant des Musées les dépositaires d'une des plus riches collections mondiales dans ce domaine.

Jusqu'à présent, cet ensemble ne fut présenté au public que de manière occasionnelle. Profitant alors de l'événement que constitue l'exposition « Les Maîtres de l'art précolombien », il nous a semblé opportun de montrer un aspect méconnu du Mexique. En effet, dans l'imagerie populaire, le costume mexicain se résume à celui du mariachi, ce musicien jouant aubades et sérénades ou se produisant à l'occasion de mariages. Or, la diversité ethnique du Mexique est synonyme de diversité vestimentaire. À côté de populations amérindiennes perpétuant des traditions qui remontent à la période précolombienne, les Métis et les Créoles ont confectionné des vêtements directement inspirés des modèles européens. Parmi ces derniers, le plus typique est incontestablement celui de la « China Poblana », porté principalement par les femmes de l'État d'Oaxaca et qui perpétue l'histoire d'une émigrée d'origine asiatique, adoptée par une famille mexicaine et reconnue pour sa vertu. Mais l'exposition serait incomplète sans la présentation de tenues portées par les hommes et les femmes au moment du « charro », un rodéo de style mexicain et celle des fameux « sarapes », mieux connus sous le nom de ponchos.

Par ailleurs, une exposition de photos, réalisées par Germaine Wenziner lors d'un voyage au Mexique dans les années 30, illustrera les Lacandons du Chiapas. Pour conclure, une série de photos de Pierre Buch accompagneront les vêtements colorés des Huichols, un groupe amérindien vivant dans le Nord-Ouest du Mexique.


Cette exposition est organisée avec l'appui de l'Ambassade du Mexique en Belgique et du Gouvernement de l'État de Jalisco

chapeau

21:43 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo |  Facebook |

29/01/2007

Art précolombien

Il y a quelques temps nous avons visité l'exposition d'art précolombien, la collection Dora et Paul Janssen au Musée du Cinquantenaire. Des pièces provenant de l'Alaska au Chili, mais surtout du Mexique et du Pérou.

Les civilisations Olmèque, Maya, Inca,...

 et un très bel objet Mapuche (Chili) qui évoque un oiseau de proie! 

Rolando, connais-tu ce genre d'objet?

 

Vraiment magnifique: les pièces, la présentation, le catalogue.

C'est encore ouvert jusqu'en avril 2007, profitez-en celà en vaut la peine.

dora4

 

La collection qui devait être vendue et donc éparpillée, restera en Belgique grâce à un accord entre la Commmunauté flammande et l'Etat, sur la dation des oeuvres d'art. Tout n'est donc pas perdu en ce royaume.

 

Les maîtres de l'art précolombien
top
LA COLLECTION DORA ET PAUL JANSSEN
top
 
Dates:  15/09/06 - 29/04/07
Lieu:  Musée du Cinquantenaire

Riche de plus de 350 oeuvres mondialement réputées, l'exceptionnelle collection rassemblée depuis les années 70 par Dora et Paul Janssen retrace plus de 3.000 ans d'histoire précolombienne. Elle se compose de statues en pierre et en terre cuite, de masques et de parures en or, d'étoffes et de créations en plumes bigarrées, réalisés par des artistes olmèques, mayas, incas, aztèques et d'autres civilisations. 

Si les noms des artistes sont aujourd'hui inconnus, leurs oeuvres demeurent les témoins sublimes d'une véritable maîtrise technique et d'une grande force créatrice. À travers cette exposition, c'est un réel hommage qui sera rendu à ces artistes anonymes.

C'est la première fois que la collection Janssen est présentée au public belge. Les Musées royaux d'Art et d'Histoire profitent de l'occasion pour y intégrer une cinquantaine de pièces précolombiennes majeures issues de leurs propres collections. Trois autres expositions annexes consacrées à d'autres aspects des civilisations américaines sont, en outre, organisées durant la même période :

 

Le site du Musée : http://www.kmkg-mrah.be/newfr/index.asp

 

 

21:03 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo |  Facebook |

27/01/2007

Spilliaert

Aux Musées Royaux des Beaux-Arts l'expo Spilliaert s'achève.

Je l'ai visitée juste à temps

Spilliaert, la peinture sombre, géométrique, profonde, dans la veine de Munch

Peintre symboliste, mais très personnel.

J'ai aimé et découvert des oeuvres connues et aussi quelques surprises.

 

wpwiae65

Une digue

Un esprit libre

Notice de l'Expo:

"Pour célébrer le 125 éme anniversaire de sa naissance, les Musées des Beaux-Arts de Belgique présentent une exposition consacrée à l'oeuvre originale et singulière de Léon Spilliaert (Ostende 1881 - Bruxelles 1946). Oeuvre qui se distingue par la diversité de style et de contenu ainsi que par sa spiritualité, qui se développera bien au-delà du Symbolisme. L'originalité de l'interprétation aiguë de l'artiste s'impose immédiatement dans les lavis sombres de ses premières années. Tout en promenant son regard grand angulaire sur l'homme et le monde qui l'entoure, il se livre à une introspection intense dont découlent des autoportraits visionnaires. Il se frotte aux courants artistiques de l'époque, se conforte ou développe des affinités avec ses contemporains en peinture comme en littérature. Il est précurseur d'une géométrisme abstrait, d'un expressionnisme construit et coloré, d'un surréalisme aux images télescopées. Il recadre l'espace dans une vision inspirée de l'estampe japonaise."

wp3lwoxk
Vertige
 
wpksajga

Marée

 


Les collections sollicitées pour l’exposition. 

Bibliothèque Royale de Belgique, Bruxelles; Musées royaux d’Art et d‘Histoire, Bruxelles; Musée des Beaux-Arts d'Ostende; P.M.M.K., Ostende; Musée des Beaux-Arts, Gand; Koninklijk Musée royal des Beaux-Arts, Anvers; Museum Plantin-Moretus, Anvers; Collections de l'Etat belge, Bruxelles; Musée d'Ixelles, Bruxelles; Musée d'Orsay, Paris; Oberösterreichisches Landesmuseum, Linz; Metropolitan Museum of Art, New York; Detroit Institute of Art, Detroit; Himeji City Museum of Art, Himeji (Japon)

la collection de la famille Léon Spilliaert ; et de nombreux collectionneurs privés en Belgique, à Paris, à Londres, à New York …





 

Le site du Musée:

http://www.fine-arts-museum.eu/

17:23 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo |  Facebook |

01/01/2007

Expo

En décembre au Palais des Beaux Arts - "Bozar"

Exposition de sculptures indoues - ENERGIE ETERNELLE

Intéressant mais pas de coups de foudre cependant

india

 

 

15:55 Écrit par Jean-Pierre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : expo |  Facebook |